Accueil
 
Historique
 
Le Centre de la France
 
Sites et Monuments
 
Randonnées
 
Loisirs
 
Hébergements
 
Infos-contact
 
Manifestations
 

Le vieux village et l'église sont à l'inventaire des sites pittoresques du département du Cher.

Eglise Saint-Cyr
Début du XIIe et XIIIe siècles
Pierre
D'architecture romane, terminée par un chevet plat, l'église Saint-Cyr est, à l'origine, un prieuré-cure, compris dans l'enceinte fortifiée de la ville. Saint Cyr est un martyr de Tarse (actuelle Turquie) de Ve siècle, mort à 3 ans, avec sa mère. La grosse cloche du beffroi, datant de 1611, est installée dans le clocher actuel en 1861. Outre les chapiteaux sur les piliers très curieux, contemporains de la construction du prieuré, des peintures murales ont été récemment redécouvertes et restaurées.
Fresques
XIIe ou XIIIe siècle
Eglise Saint-Cyr
A l'intérieur de l'église Saint Cyr, nous pouvons admirer le chœur dont la voûte est ornée de fresques du XIIème et du XIIIème siècle qui représentent au nord, l'Annonciation, la Visitation, la Vierge en gésine et au sud, la chevauchée des Mages vers Jérusalem et l'Adoration.
Des fresques polychromes décorent le plafond du cœur. Elles représentent au nord l'Annonciation, la Visitation, la Vierge en gésine, et au sud, la chevauchée des Mages vers Jérusalem et l'Adoration des mages.
Chapiteau
XIIe ou XIIIe siècle
Pierre
Eglise Saint-Cyr
Les six chapiteaux de l'abside, de sculpture artisanale, présentent aux angles des cariatides. Adam et Eve au jardin d'Eden, puis cachant leur nudité aux anges, sont identifiables, de même que Saint Laurent tenant une grille, instrument de son supplice, et peut-être le massacre des Innocents.
Les chapiteaux, très frustes, de style auvergnat, évoquent des scènes de la Bible, Adam et Ève cachant leur nudité, Paradis terrestre, des anges et Saint-Laurent tenant une grille, instrument de son supplice.
 
Pierre des Morts
XIIIe siècle
Pierre
Devant l'église, cette pierre des Morts s'appelle aussi la pierre d’Attente. Elle servait autrefois, lors des cérémonies d'enterrement, à déposer le cercueil des défunts en attendant que la famille entre dans l'église
 
Maison du For
XVe ou XVIe siècle
Grès rose
Cette maison est certainement la plus ancienne de la ville. Les matériaux qui la composent seraient issus de la forteresse médiévale. La petite ouverture ronde de la cave, donnat sur la rue, ressemble à une ancienne bouche à feu.
 
Manoir du Gîte du Centre de la France
Vers le XVIIIe siècle
Pierre et enduit
Ce manoir typique du XVIIIe siècle se trouve au centre du bourg et concerne un personnage pittoresque de la commune, le Dr Mazerat, maire en 1848 et démissionnaire la même année, pour s'embraquer vers la Californie où il participe à la fameuse ruée vers l'or en compagnie d’autres berrichons d'Orval ou de Bannegon. Il faut croire que Mazerat n'y ait pas fait fortune car il revient au pays après deux ans d'absence, réintègre le conseil municipal, reprend ses activités médicales et meurt, en 1872, à la tête d'un miagre bien. Actuellemnt, cette demeure appartient à la commune qui, après rénovation, en a fait un gîte.
 
Signal et borne de la méridienne de France
1740 et 1793
Le Peu de Vesdun
Le Peu de Vesdun, culminant à 367 mètres, est balisé d'une borne géodésique historique. En 1740, il est l'un des sommets de la Méridienne de France, qui sert à déterminer la corbure de la terre et à fournir des points d'appui pour les cartes. Il ressert en 1796, en application d'n décret de l'Assemblée Constituante de 1791 créant le mètre, étalon universel de mesure, dix millionième partie du quart de méridien terrestre. Le passage sur le territoire de la commune de cette méridienne, qui allait de Dunkerque à Barcelone, fut matérialisé par un signal pyramidal de 8 mètres de haut, qui existait encore au début du XXe siècle. ce signal est reconstitué formellement en 2000, d'après les documents de l'époque.
 
Ancienne maison de vigneron
Fin du XIXe siècle
Pierre, grès rose et enduit
Mairie
Ce petit château construit au début du siècle dernier par L. Boucherat, riche vigneron, symbolise le poids économique que la vigne représentait à l'époque. C'est durant cette période où la culture de la vigne était prospère que la commune, qui comptait 1800 habitants, a fait la réputation de sont petit gris en remportant une médaille d'or et une médaille d'argent à Paris et à Bruxelles, en 1889 et 1912. Bien qu'excentrée, la commune se trouve dans l'aire d'appellation de Châteaumeillant et c'est ce qui en fait sa spécificité. Aujourd'hui, cette demeure est devenue la mairie du village.
 
LE MONUMENT DU CENTRE DE LA FRANCE
Au cœur de Vesdun, un monument symbolise le Centre géographique de la France et rappelle les calculs des spécialistes de l'Institut Géographique National (IGN) qui l’ont déterminé.
Ce monument représente la France stylisée dans un disque de 5 m de diamètre, réalisé à l'aide de 60 000 pastilles d'émail de Briare de huit couleurs différentes.
 
LE SIGNAL GEODESIQUE DU PEU DE VESDUN
Le Peu de Vesdun (du latin podium : hauteur, colline, montagne) s'élève à 367 m et annonce les premières ondulations du Massif Central. Ce point remarquable fut matérialisé par une borne géodésique en granit. Au XVIIIème siècle, les géographes tracèrent la méridienne pour le calcul de la dimension du mètre étalon (un dix millionième du quart du méridien terrestre). Pour établir ces calculs, ils élevèrent des repères sur les points culminants. En l'an 2000, une reconstitution à l'identique de ce signal fut réalisée en bois sous la forme d'une pyramide de 8 m de haut.
 
LE JARDIN DES SIMPLES
Dans le Jardin des Simples, jardin classique de tracé français, l'ancienne activité des lieux est symbolisée par un pressoir, un foudre à vin et des ceps de vigne qui accompagnent une collection de plantes condimentaires, médicinales et officinales.
 

LE PEU DE VESDUN
Le Peu de Vesdun (du latin podium : hauteur, colline, montagne) s'élève à 367 m et annonce les premières ondulations du Massif Central. Ce point remarquable fut matérialisé par une borne géodésique en granit. Au XVIIIème siècle, les géographes tracèrent la méridienne pour le calcul de la dimension du mètre étalon (un dix millionième du quart du méridien terrestre). Pour établir ces calculs, ils élevèrent des repères sur les points culminants. En l'an 2000, une reconstitution à l'identique de ce signal fut réalisée en bois sous la forme d'une pyramide de 8 m de haut.

 
LA MAIRIE ET LA MAISON DU PATRIMOINE
Au beau milieu du bourg de Vesdun, à la fin du XIXème siècle, un riche vigneron construisit son habitation et tous les bâtiments utiles à son art. La demeure est devenue la Mairie du village et le logement du maître de chai la Maison du Patrimoine qui abrite l'office de tourisme.
 
Lavoir
Avant 1914
Ciment
La Font Berthommier
Ce bassin à ciel ouvert, bordé d'une margelle inclinée, permettait aux lavandières du siècle dernier de frotter et battre le linge. Il est alimenté par la source de la Font Berthommier - du latin fontanus, « source », et d'une déformation de Barthélémy. Une pompe à bras surélevée, permettant de remplir les citernes d'alimentation des abreuvoirs environnants, lui est adjointe dans les années 1950.
 

Tuile avec inscription
1688
Terre cuite
Mairie
En 1688, la toiture de l'église est restaurée. Lors d'une nouvelle réfection en à la fin du XIXe siècle, les couvreurs découvrent une tuile, de la tuilerie des Couts de Vesdun, datée de 1688 et gravée d'un texte désignant le nom du tuilier et de l'écuyer rédacteur du texte.

 

Dépendances
XVIIe siècle
Grès rose
La Cour
Plusieurs locatures, ou exploitations agricoles, appartenaient à de petites seigneuries comme celle de La Cour. Les propriétaires exploitaient directement une partie de ces terres, tandis que d'autres étaient en métayages. A la période des récoltes, des locaux assez vastes étaient indispensables pour engranger tout ce qui revenait au propriétaire. En outre, des écuries étaient nécessaires pour loger les chevaux, ainsi que des logements pour le personnel.

Demeure
1820
Pierre et enduit
La Cour
Les Yel de La Cour étaient au XVIe et XVIIe siècles des vassaux du château de Culan. Au moment de la Révolution et plus tard, cette famille a donné plusieurs maires à la commune. Depuis le tout début du XXe siècle, ce domaine est resté en copropriété familiale. La Cour est la résidence secondaire familiale de toute une descendance dispersée aux quatre coins de l'hexagone ou ailleurs

 
LA FORET DES MILLE POETES
En 1994 fut planté le premier de 1356 chênes de la forêt des Mille poètes dont 1100 sont déjà parrainés par des créateurs (sens grec du mot poètes) vivants, c'est-à-dire des écrivains, artistes, musiciens et amis de la culture. Elle a inspiré aux artistes Nardo DUNCHI et Wang KEPING deux sculptures monumentales. Véritable parcours de promenade, la forêt est jalonnée de stèles rendant hommage aux talents d'illustres créateurs disparus.